Crise à l’école et systémie

RESUMÉ Les psychologues scolaires sont de plus en plus souvent sollicités pour intervenir dans des situations de crise à l’école. Le problème est, la plupart du temps, posé en ces ternies: un enfant présente des troubles du caractère et du comportement et perturbe le fonctionnement de la classe, voire de l’école ; avec en filigrane, une demande implicite ou explicite d’orientation vers unestructure spécialisée. Nous préférerons le terme de crise, plus proche des situations que nous sommes amenés à démêler, malgré les pressions de toutes sortes pour inscrire les problèmes dans l’enfant lui-même et dégager l’institution scolaire de sa propre introspection et de la recherche des modalités interactionnelles sous-jacentes à ce genre de situation. Mots-clés : enfant, comportement, crise,approche systémique.

LA GESTION D’UNE SITUATION DE CRISE À L’ÉCOLE : APPROCHE SYSTÉMIQUE
Dominique GUICHARD*

ABSTRACT The school psychologists are more and more often solicited to intervene in school crises. The problem, most of the time, is stated in these terms : a child shows personality and behavior disorders and disturbs the class’s (or even the school’s) functioning with an implicitrequest : the child should be sent to a specialized institution. We prefer using the term « crisis », closer to the situations that we have to sort out, in spite all kinds of pressure to attribute the problems to the * Psychologue scolaire chargé de cours à l’Université F. Rabelais à Tours, département de Psychologie et à l’Institut de Psychologie de l’Université L. Lumière, Lyon 2 child itself and torelieve the school institution of its own introspection and analysis of all sorts of interactions underlying this kind of situation. Key-words: child, behavior, crisis, systemic approach.

Psychologie & Éducation n° 54, pp. 59-74, 2003

es psychologues scolaires sont de plus en plus souvent sollicités pour intervenir dans des situations de crise à l’école. Le problème est, la plupart du temps,posé en ces termes : un enfant présente des troubles du caractère et du comportement et perturbe le fonctionnement de la classe, voire de l’école, avec en filigrane, une demande implicite ou explicite d’orientation vers une structure spécialisée. En 1974, J. de Ajuriaguerra attirait déjà l’attention sur le risque que représente le fait d’utiliser ces termes de « troubles du comportement » ou «enfants caractériels » ou même « enfants difficiles », qui ont vu le jour dans les années cinquante. Dans son manuel de psychiatrie de l’enfant, il écrit : « l’isolation de groupes d’enfants souffrant de « troubles du caractère et du comportement » a des avantages pratiques mais n’en présente pas moins des inconvénients évidents … II s’agit souvent d’une solution de facilité … Le grand dangerréside dans la tendance à se satisfaire d’un tel diagnostic sans s’occuper de la dynamique conflictuelle toujours présente … », ces enfants risquant « d’être définitivement marqués, alors que leur avenir est loin d’être toujours compromis ». Nous préférerons le terme de crise, plus proche des situations que nous sommes amenés à démêler, malgré les pressions de toutes sortes pour inscrire lesproblèmes dans l’enfant luimême et dégager l’institution scolaire de sa propre introspection et de la recherche des modalités interactionnelles sous-jacentes à ce genre de situation. En effet, qu’est-ce qu’une situation de crise ? : Philippe Mazet considère la crise sur un plan théorique en posant trois ordres de principes -systématique : utilisant le concept de système, donc d’ensemble formé d’éléments,ce qui renvoie aux notions de complémentarité, mais aussi d’antagonisme, aux notions d’organisation et de désorganisation ; – cybernétique : utilisant la notion de rétroaction régulatrice, laquelle maintient la stabilité et la constance du système. En l’absence de rétroaction adéquate, c’est la désorganisation et la ruée désintégrative (runaway) ; – néguentropique : utilisant la notion de…