Religion et société

« Maintenant, quelle cause a répandu parmi les grandes nations l’idée de la divinité, a rempli d’autels les villes, et fait instituer ces cérémonies solennelles dont l’éclat se déploie de nos jours pour de grandes occasions et dans des lieux illustres ? D’où vient encore aujourd’hui chez les mortels cette terreur qui, sur toute la terre, leur fait élever de nouveaux sanctuaires aux dieux, et lespousse à les remplir en foule aux jours de fête ? Il n’est pas si difficile d’en donner la raison. » Lucrèce, De la nature
Cette citation nous montre bien comment la religion s’est imposée dans la société de nos jours, et comment l’Homme en est dépendant.
Une société peut-elle se passer de Religion ? Peut elle fonctionner sans l’aide de Dieu ? Quelles sont les limites de la Religion ?
Qu’est ceque la Religion apporte a une société ? En quoi la religion est indispensable pour toute activité humaine ?

Se passer de quelque chose signifie ne pas en avoir le besoin, ne pas la nécessité et être autonomes sans cette chose. De nos jours, le monde entier est dominé par de nombreuses religions diverses et variées, qui réunit les hommes. Qu’est ce qu’une religion ? Une religion, c’est uneactivité humaine, propre a l’Homme qui regroupe une ou plusieurs divinités et qui est un ensemble de croyance faisant appel au merveilleux. La religion possède deux grandes fonctions : expliquer aux Hommes des phénomènes naturels mais complexes et rassurer les Hommes de problèmes existentiels telle la mort et la faiblesse de ce dernier. La religion parle d’une vraie vérité qui existe. C’est unphénomène ancien, quasiment universel (car il reste des athées) et qui possède une énorme ampleur sur toute la planète. Elle se fait par le biais d’un médiateur (le prophète) et à travers la foi qui permet aux religieux de s’opposer au Doute. Une religion, c’est unir les gens (religare) à travers des croyances communes. Elle s’accompagne d’un hommage à une divinité toute puissante qui se fait par descérémonies et un ensemble de pratiques dans des lieux sacrés avec la tradition (action de répéter) . Cela fait donc appel à des rituels. Cependant, un aspect de crainte et de peur accompagne la religion car il y a une obéissance, une vénération au(x) Dieu(x) : «La religion consiste dans un sentiment absolu de notre dépendance.» (Schleiermacher).
Une société, c’est l’association d’individus quiconstitue le milieu où chacun s’intègre. Toute espèce vivante est plus ou moins sociale, mais tandis que les sociétés animales sont naturelles et gouvernées par l’instinct, les sociétés humaines, organisées selon des institutions mobiles, véhiculent une culture. La religion semble donc « coller » à la notion de société.
Cependant, l’homme utilise trop la religion comme une protection. Pour Feuerbach,les perfections de Dieu ne sont rien d’autre que des perfections de l’espèce humaine. En projetant celles-ci, en les objectivant dans un être tout-puissant, l’homme se dénigre, s’aliène. La religion empêche donc a l’homme de se découvrir lui-même. La religion ne serait donc pas nécessaire a l’homme dans la société car elle lui apporte des aspects néfastes. Marx ajoute que cette toute-puissance estle reflet inversé de l’impuissance de l’homme à l’égard de la nature et de la société.
De nombreuses limites de la religion apparaissent de nos jours. En effet, la croyance est remise en question par la science qui entre en concurrence avec elle car la science remet en questions les dogmes et les explications du monde. Le XVIII ème siècle, siècle des lumières, permet l’explication non plus parla religion mais par la vérité, par les sciences. La science permet le libre essor de la société, sans la nécessité d’actes religieux. Les sciences écartent l’hypothèse d’une cause première de l’univers et celle d’une transcendance. L’existence de Dieu est invérifiable et donc rejetée. La « preuve » de l’existence de dieu n’est pas scientifique car elle est infalsifiable. Marx, Freud et…