La conscience et l’inconscient.

Introduction
La conscience peut se définir comme la connaissance que l’Homme a de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes. Être conscient, c’est s’apercevoir de ce que l’on est, comme de ceque l’on fait ou de ce que l’on dit, aussi bien que de ce qui se passe autour de nous. Il existe deux types de consciences. Tout d’abord, la conscience spontanée immédiate qui émane du ressenti : aumoment ou l’homme pense, sent, agit…
La conscience réfléchie, quant à elle, suit l’action et correspond donc à un retour sur cette action ou sur cette pensée.

Platon : « demande toi si tu peuxconcevoir une vue qui serait la vue d’elle-même. ? »

La notion de conscience c’est une abstraction qui consiste à prendre un aspect d’une réalité que l’on extrait de la réalité que l’on considère.La notion de conscience a 2 aspects :

A) un aspect psychologique.
Intuition + conscience psychologique

a) la connaissance psychologique spontanée.
? Etat de conscience

b) La connaissancepsychologique réfléchie.
? Distance soi/objet ;
? « conscience de soi » ;
? la conscience vise toujours un objet ;
? si conscience réfléchie, alors on parle de conscience de soi.
? Touteconscience présuppose un « moi »

B) un aspect moral.
? Conscience morale = bien/mal donc évolutif selon les hommes et le temps (en socio=valeurs sociales)
? Conscience = nécessité car comportement nonrégit par l’instinct seul.
« Conscience, instinct divin, juge infaillible du bien et du mal » de Rousseau,
La distinction entre conscience psychologique et conscience morale est une abstractionAlain voit que, « un fou ou un animal n’a pas de conscience puisqu’il donne libre court à ses impulsions sans réflexion, au contraire la conscience est toujours implicitement morale. »
=> Laconscience c’est d’abord la faculté de réfléchir à ses actes (voir Nietzsche dico rechercher conscience +Nietzsche)

I) aspect métaphysique : le cogito.

A) la primauté du cogito.

Descartes souligne…