Importance des marchés financiers

MARCHES FINANCIERS ET CROISSANCE ECONOMIQUE

· intérêt du sujet dans la perspective des débats contemporains : vague de libéralisation financière dans un contexte de redémarrage de la croissance et d’amélioration de la situation de l’emploi, mais également avec l’apparition de crises et de perturbations financières qui se répercutent dans une certaine mesure sur l’économieréelle

à mais la réflexion doit dépasser le simple cadre contemporain dans les PDEM et intégrer une dimension historique (par exemple modalités de financement de la Révolution Industrielle) et géographique large (prise en compte de la situation des pays en voie de développement) ; une question fondamentale est ici celle du rôle du marché dans l’allocation des ressources permettant la mise enplace d’une dynamique de croissance

à le sujet invite enfin à une réflexion sur les interactions possibles entre marchés financiers et croissance (en particulier le développement des marchés financiers peut-il s’interpréter comme une réponse à des besoins nés de la dynamique productive)

A) SI L’ON PEUT CONSIDERER QUE LA PLACE ACCRUE DES MARCHES FINANCIERS DANS L’ECONOMIEFAVORISE LA CROISSANCE ECONOMIQUE….

1) La montée des marchés financiers dans les années 80

· processus de libéralisation dans les années 80 (“ 3 D ” : dérèglementation – désintermédiation – décloisonnement) qui correspond à une volonté politique se diffusant dans l’ensemble des PDEM

· mouvement s’accompagne indissociablement d’une globalisation financière àl’échelle planétaire

2) renvoie à l’affirmation de principes libéraux

· justifications théoriques de ce mouvement s’appuient sur une logique libérale : le financement par le marché se révèle plus efficace que le financement par l’endettement (Hicks)

à il est moins coûteux (réduction des coûts d’intermédiation)

à il permet de gagner en souplesse et en sécuritépour le prêteur (titrisation – décloisonnement)

à il permet une allocation optimale des ressources : sur des marchés efficients, les prix intègrent de manière pertinente toute l’information disponible à propos de l’emprunteur, ce qui permet aux détenteurs de capitaux de sélectionner les placements les plus performants (l’attribution de crédits par les banques ressortant d’un processusbureaucratique)

· ce processus intervient également à l’échelle mondiale : la globalisation financière permet de transférer les capitaux des zones où ils sont abondants (PDEM) et où leur rentabilité est relativement réduite vers les zones en développement où la rareté du capital rend sa rémunération plus élevée

è l’allocation des ressources financières permise par des marchésfinanciers de plus en plus concurrentiels va alors permettre de se rapprocher de l’optimum, ce qui se traduit par une accélération du taux de croissance

3) et se traduit par des conséquences positives

· mouvement de libéralisation des marchés financiers est le plus poussé aux Etats-Unis dans les années 80, or, mis à part la récession du début des années 90, ce pays apparaîtcomme le phare de la croissance mondiale, en particulier avec un fort développement des nouvelles technologies fondé sur des marchés financiers spécifiques (NASDAQ)

· développement de certaines économies du Tiers Monde (en particulier Asie du Sud – Est et , dans une moindre mesure, Amérique latine) s’appuie sur des flux de capitaux importants

· développement desmarchés financiers contraint enfin les principaux acteurs de la vie économique à faire preuve de rigueur et d’efficacité, en particulier de la part de l’Etat (interprétation de la crise asiatique comme sanction d’investissements improductifs contraignant les économies concernées à se restructurer)

à on peut alors considérer que ces marchés en limitant les possibilités de financement monétaire…